Sean est mort cliniquement pendant 1 heure 25. Il est revenu à la vie avec une mémoire parfaitement intacte et sans aucun problème neurologique. Il affirme que « médicalement, c’est impossible. Cela ne pouvait être fait que par Dieu. » Le docteur Sean George est un australien originaire du Koweït, où il a fait ses études. Après avoir pratiqué la médecine en Inde et en Malaisie, il s’est installé en Australie. Il a été récompensé par plusieurs prix comme le Fellowship du Australasian College of Physicians. Sa famille est chrétienne depuis de nombreuses générations. Il raconte comment Dieu l’a « ressuscité des morts », alors qu’il était médecin de campagne en Australie. SeanGeorge revenait de 5 jours de travail auprès des villageois de Vanuatu. Il faisait les 400 derniers kilomètres qui le séparaient de Kalgoorlie avec son interne. Mais il a alors commencé à se sentir mal. « J’ai commencé à ressentir un léger malaise à la poitrine et à avoir un peu chaud. » Mais à 50 kilomètres de son domicile, il ne se sentait pas mieux. Il décide d’appeler sa femme, également médecin, pour lui faire part de ses symptômes. « Comme j’avais déjà parcouru un long chemin, elle a suggéré que je continue vers Kalgoorlie. Mais après avoir raccroché, j’ai été submergé par la nécessité de me rendre dans une petite clinique en urgence à Kambalda. » Le docteur Rao, qui exerçait dans ce centre médical, était son ami. Mais il était parti déjeuner au moment où Sean est arrivé dans le service. Alors il a demandé aux infirmières de lui pratiquer un électro-cardiogramme. « Le docteur n’était toujours pas revenu à la clinique alors j’ai dû interpréter moi-même les résultats. J’étais choqué de voir que je faisais une crise cardiaque. » L’interne, docteur Kenwall, et le docteur Rao, alors revenu, lui ont administré le traitement nécessaire. Mais la douleur devenait insupportable : « 11 minutes après l’ECG, la douleur à la poitrine devenant insupportable et aucun analgésique n’apportant de soulagement, mon cœur s’est complètement arrêté. » Pendant 70 minutes toute l’équipe de Kambalda, médecins, urgentistes, ambulanciers, a tenté de lui sauver la vie. « J’étais en fibrillation ventriculaire réfractaire pendant 48 minutes au cours desquelles j’ai reçu 13 décharges électriques et réanimation cardio-pulmonaire. J’ai ensuite progressé vers la ligne plate (asystole) pendant les 37 minutes suivantes et je n’ai eu que la réanimation cardio-pulmonaire pendant cette période. » Mais voyant que rien ne faisait repartir le coeur, ils ont dû prendre une décision grave : « En 1 heure et 10 minutes, après avoir subi 13 décharges électriques à l’aide d’un défibrillateur et plus de 4 000 compressions cardiaques, ils ont tous convenu d’arrêter la réanimation cardio-pulmonaire et toutes les mesures de maintien de la vie, à l’exception de l’oxygène dans les poumons. » Dix minutes plus tard, sa femme, Sherry, arrivait dans le service. On lui annonçait que c’était fini : « J’étais parti et elle pouvait venir et me dire au revoir. » Sherry est entrée dans la pièce. Et devant le corps inerte de son mari, elle n’a pas perdu espoir. Elle a prié en silence : « Seigneur Jésus, Sean n’a que 39 ans, je n’ai que 38 ans, nous avons un fils de 10 ans, j’ai besoin d’un miracle. » Dieu a entendu sa prière. À l’instant-même un miracle s’est opéré : « Immédiatement, mes battements de coeur sont revenus même si j’étais mort depuis 1 heure et 25 minutes. » Son pouls était faible, mais il a été transporté immédiatement à l’hôpital de Kalgoorlie, puis à l’hôpital Royal Perth. « Les cardiologues ont opéré pour nettoyer une artère coronaire droite extrêmement bloquée, en utilisant un stent et une pompe à ballonnet pour soutenir mon cœur. Les médecins traitants doutaient beaucoup de ma survie, encore moins de mon coma, quelle que soit la fonction cérébrale. La crise cardiaque avait également endommagé mon foie et mes reins. » Mais l’état de Sean a déjoué tous les pronostics scientifiques. Deux jours après, il a ouvert les yeux. Seule sa femme l’a remarqué alors les médecins ne l’ont pas crue. Le lendemain, ils ne pouvaient plus nier l’évidence : « Tout doute a été levé lundi lorsque j’ai commencé à bouger mes mains et mes pieds et, mercredi, j’étais complètement conscient. Non seulement je pouvais parler, voir et bouger, je lisais mes tableaux et surveillais mon propre rétablissement. » Deux semaines plus tard, il sortait de l’hôpital. Et trois mois après, il retrouvait ses fonctions à plein temps à l’hôpital de Kalgoorlie. Sean ne peut que rendre gloire à Dieu. « Je crois que je ne suis en vie que parce que Dieu a fait un miracle incroyable. Ceci est arrivé pour la gloire de Dieu et je ne peux prendre aucun crédit pour une bonne chose qui m’est arrivée. » Sean est mort cliniquement pendant 1 heure 25. Il est revenu à la vie avec une mémoire parfaitement intacte et sans aucun problème neurologique. Il affirme que « médicalement, c’est impossible. Cela ne pouvait être fait que par Dieu. » Il a donc voulu mettre en ligne tous les documents médicaux et les preuves de son histoire. « Si vous vous êtes déjà demandé si les miracles de la Bible se sont réellement produits, si vous êtes sceptique par nature et que vous voulez trouver la vérité par vous-même, passez en revue les preuves, ici. » Le docteur Sean témoigne désormais de sa résurrection à travers de nombreux médias, et est l’invité de conférences, dont la prochaine se tiendra à Washington à la fin du mois. M.C. source:https://www.infochretienne.com/le-jour-ou-dieu-ma-ressuscite-des-morts-le-docteur-sean-george-temoigne/